Dois-je choisir entre Dieu et ma liberté ?

 

liberté-galates.jpg

 

 

C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude. (Galates 5:1).

Certains fuient toutes croyances pour être sûrs d’être libres. D’autres disent qu’ils sont plus libres maintenant qu’ils sont chrétiens. Où est le problème ? Parlent-il de la même liberté ?

Pour beaucoup de monde, Dieu rime avec religion, interdits, cultes ennuyants, églises sombres, traditions, presque tout ce qui ferait fuir quelqu’un avide de liberté.

Du coup, pour vivre libre, faire ce que je veux, il faudrait surtout éviter de rencontrer Dieu.

Sauf que la réalité est très différente. Je connais personnellement beaucoup de chrétiens qui s’éclatent dans leur vie. Quand on leur pose la question : Dois-je choisir entre Dieu et la liberté ?

 

Ils vous répondent : Mais la vraie liberté est en Dieu... Surprenant !

Mais quand on parle de liberté, c’est par rapport à quoi, ou à qui ? De quoi faut-il que je sois libéré ? On peut poser la question autrement :

 

Est-ce que la vraie liberté, ce n’est pas de faire ce que je veux ? Libre de faire ce que tu dois.

Jésus nous dit que non. La vraie liberté, c’est de faire ce que tu dois, pas ce que tu veux ! Bizarre ? Mais non, imagine… Si chacun faisait comme il avait envie, ça serait rapidement l’anarchie complète. Un peu comme dans une salle d’école maternelle où des gamins seraient livrés à eux-mêmes, sans instit pour s’en occuper. Essayez pour voir. Vive le désordre ! Ce n’est plus de la liberté, c’est de la pagaille, de l’anarchie.

Si la vraie liberté est de faire ce que je dois, et non ce que je veux, alors là oui, j’admets que j’ai besoin d’un coup de main. Il faut que je sois réellement libéré de mes penchants égoïstes et méchants pour pouvoir vivre comme ça.

Christ rend possible ce que je ne peux pas faire tout seul.

La Bible nous dit que Jésus est venu redresser ce qui était tordu. Personnellement, il y avait des mots qui ne faisaient pas partie de mon vocabulaire, comme par exemple « je te demande pardon ». Ça me paraissait d’un autre monde ! En fait, je n’étais pas libre de reconnaître mes erreurs, pas libre d’être vrai. Tu comprends ? Le jour où Jésus m’a sauvé, il m’a aussi libéré de mon égoïsme, et il a commencé à m’apprendre à reconnaître les torts que j’avais causés. J’ai découvert une nouvelle liberté : la liberté du pardon ! Je peux t’assurer que c’est de la dynamite et que ça procure un bonheur incroyable.  Être capable de faire du bien, de ne plus se laisser entraîner à des passions qui nous rabaissent. Je parle là de la liberté de la pureté… bref, pour moi, c’est ce que je savais devoir faire, mais je ne pouvais pas.

Le choix est vite fait.

Alors oui, je confirme. Pas besoin de choisir entre Dieu et ma liberté. Au contraire, c’est en choisissant Dieu que je deviens libre, vraiment libre. Libre de vivre la vie que Dieu a prévue pour moi !



Raphaël Anzenberger


_jeunes_750.jpg

 



24/03/2017
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 408 autres membres