L'Evangile et le monde actuel

 

évangile.jpg

 

 
Le christianisme a-t-il besoin de développer un nouvel Evangile adapté au monde actuel ?
   
En réalité, il n'y a qu'un seul évangile. Le terme grec dans le Nouveau Testament qui est traduit “Evangile” signifie, littéralement, “bonne nouvelle.” Ce n'est donc pas, “de bons conseils” au sujet de ce qu'il faut faire ou de ce qu'il ne faut pas faire pour construire un monde meilleur ou vivre une vie personnelle plus accomplie. C'est plutôt, la “bonne nouvelle” de Dieu aux hommes et femmes de tout temps et de tout lieu, leur informant que Dieu a pourvu au salut des pécheurs perdus, et que c'est disponible gratuitement à tous ceux qui désirent le recevoir. Le terme est employé à de nombreuses reprises dans le Nouveau Testament, toujours avec cette signification précise. Nous trouvons une définition explicite dans 1 Corinthiens 15:1-4, comme suit :

Frères, je désire vous rappeler maintenant l'évangile que je vous ai annoncé, que vous avez reçu et auquel vous êtes fermement attachés. C'est par lui que vous êtes sauvés,… Je vous ai transmis avant tout cet enseignement que j'ai reçu moi-même: le Christ est mort pour nos péchés, comme l'avaient annoncé les Ecritures; il a été mis au tombeau et il est revenu à la vie le troisième jour, comme l'avaient annoncé les Ecritures.

Ainsi, l'évangile est tout simplement la Bonne Nouvelle que le Seigneur Jésus-Christ, le Fils de Dieu, est aussi devenu homme, pour qu'il puisse mourir comme victime expiatoire pour les péchés de l'humanité, puis, après que son corps soit resté trois jours dans le tombeau, qu'il revienne à la vie, réglant pour toujours la dette du péché humain envers un Dieu saint.

Il est clair, du passage cité, qu'il faut simplement recevoir l'évangile, par la foi bien sûr, comme cadeau gratuit, que c'est par l'évangile que nous sommes sauvés de la punition juste et autrement certaine pour nos péchés... et c'est cela l'évangile auquel vous êtes fermement attachés. Ainsi, vous continuez à compter uniquement sur les mérites de Christ seul pour votre salut. Aujourd'hui, les hommes et les femmes sont tout autant pécheurs que leurs ancêtres, et ils ont donc tout autant besoin du pardon et de la purification de Dieu. La mort de Christ était un sacrifice pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour les péchés du monde entier (1 Jean 2:2).

 

Jésus a dit : Je ne rejetterai jamais celui qui vient à moi (Jean 6:37), et beaucoup aujourd'hui encore trouvent vraie et puissante cette promesse.

Il est vrai que l'évangile semble être contraire au raisonnement humain. L'homme naturel a tendance à penser soit en termes du matérialisme, c'est à dire que le monde actuel est tout ce qui existe et que, par conséquent, personne n'est sauvé, ou de l'universalisme, c'est à dire, que d'une manière ou d'une autre, tout le monde sera sauvé à la longue, ou du relativisme moral,  c'est à dire, que ceux qui sont sauvés le sont par leurs bonnes oeuvres, et ceux qui ne sont pas sauvés sont perdus à cause du manque de bonnes oeuvres.

A ceux qui raisonnent ainsi, l'évangile de Christ semble être contraire à la raison.

L'homme qui ne compte que sur ses facultés naturelles est incapable d'accueillir les vérités communiquées par l'Esprit de Dieu : elles sont une folie pour lui (1 Corinthiens 2:14). Néanmoins, les faux évangiles proposés par les hommes sont totalement inadaptés.

Le matérialisme nie que Dieu soit un Dieu d'amour et de sagesse, et affirme, en effet, qu'il n'existe aucun sens et aucun but nulle part.

L'universalisme ignore la sainteté et la justice Dieu, supposant qu'il ne punira pas le péché et finalement équilibrera tous les comptes.

Le relativisme moral présuppose qu'il n'existe pas de niveau moral objectif dans l'univers par lequel on mesure toutes nos décisions et actions, déduisant ainsi que toute décision divine concernant le destin final d'une personne n'est que caprice.

Aucune de ces philosophies humaines n'est vraiment satisfaisante, que ce soit sur le plan intellectuel ou spirituel. Ainsi, aucune n'offre à l'homme une espérance confiante d'éternité. L'évangile de Christ, par contre, lorsqu'il est reçu par la foi, satisfait à tous les besoins de la vie humaine. En effet, prêcher la mort du Christ sur la croix est une folie pour ceux qui se perdent; mais nous qui sommes sur la voie du salut, nous y discernons la puissance de Dieu. Puisqu'il procure un plein pardon des péchés, il nous délivre des tourments d'une conscience accablée par un sentiment de culpabilité, ainsi que de la peur de la mort et de l'enfer. Nous pouvons maintenant nous approcher de Dieu avec un coeur sincère et une entière confiance, le coeur purifié de tout ce qui donne mauvaise conscience (Hébreux 10:22).

 

Puisque Christ a payé le prix total de tous nos péchés, il peut : Délivrer ceux que la peur de la mort rendait esclaves durant leur vie entière (Hébreux 2:15).

L'évangile fournit aussi le seul moyen concevable de satisfaire à la fois à l'amour et à la sainteté de Dieu. Sa sainteté infinie exige le châtiment de tout péché, mais son amour parfait désire que tous soient sauvés. Puisque tous les êtres humains sont pécheurs, personne ne peut se sauver. Mais...

Le Christ était sans péché, mais Dieu l'a chargé de notre péché, afin que, par lui, nous ayons part à l'oeuvre salutaire de Dieu (2 Corinthiens 5:21).

Ce geste infiniment grâcieux de Dieu ne nous est pas imposé, bien sûr, mais Dieu nous l'offre comme cadeau gratuit, à être reçu par la foi avec reconnaissance, puisqu'il veut à la fois être juste, et déclarer justes tous ceux qui croient en Jésus  (Romains 3:26).

L'homme a été, en réalité, créé dans le but même de vivre en communion avec Dieu. Il ne peut jamais être vraiment heureux ou vivre une vie pleinement satisfaisante, que ce soit maintenant ou dans l'éternité, s'il est séparé de la présence de Dieu. Il a énormément besoin de répondre à l"amour de Dieu pour lui par un amour sincère dans son coeur pour Dieu, et l'évangile de Christ est la réponse parfaite. Il révèle parfaitement l'amour de Dieu pour l'homme et ainsi suscite puissamment l'amour de l'homme pour Dieu.

Voici comment Dieu a manifesté son amour pour nous : il a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous ayons la vraie vie par lui… Nous l'aimons, parce que Dieu nous a aimés le premier (1 Jean 4:9-19).

Non, il n'y a pas de substitut moderne pour l'évangile. Des gens peuvent parler d'un Evangile social, d'un plein Evangile, d'un nouvel Evangile, ou d'un autre Evangile, mais il n'en est qu'un, et c'est l'Evangile éternel (Apocalypse 14:6). Ce n'est pas étonnant que Paul dise :

Si nous-mêmes, ou si un ange du ciel, vous annonçait un évangile différent de celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit anathème (Galates 1:8).

L'Evangile est toujours la bonne nouvelle, et il n'y en aura jamais d'autre.

 

5_BARRE-146-.gif

 


Does Christianity need to develop a NEW gospel adapted to today's world ?
   
There is really only one gospel. The Greek word in the New Testament which is translated “gospel” means, literally, “good news.” It is not, therefore, “good advice” about what to do or not to do to build a better world or a better personal life. It is, rather, God's own “good news” to men of all times and places, informing them that God has provided salvation for lost sinners, available as a free gift to all who will receive it.

The word is used many times in the New Testament, always with this precise meaning. It is explicitly defined in 1 Corinthians 15:1-4, as follows :


Moreover, brethren, I declare unto you the gospel, which I preached unto you, which ye have received, and wherein ye stand; By which also ye are saved… For I delivered unto you first of all that which I also received, how that Christ died for our sins according to the scriptures; and that He was buried, and that He rose again the third day according to the scriptures."

Thus the gospel is simply the good news that the Lord Jesus Christ, the Son of God, has also become man, that He might die in atonement for the sins of man, and then, after His body was buried for three days, rise again from the grave, forever settling man's sin-debt before a holy God.

Not clearly, from the quoted passage, that the gospel is simply to be “received” (evidently by faith, as a free gift), that it is the gospel “by which ye are saved” (that is, from the just and otherwise certain punishment for your sins), and that it is the gospel “wherein ye stand” (thus continuing to rest solely on the merits of Christ alone for your salvation).

Men today are sinners just as were their forefathers, and thus are equally in need of God's forgiveness and cleansing. The death of Christ was the "propitiation for our sins, and not for ours only, but also for the sins of the whole world" (1 John 2:2). The Lord Jesus gave the promise 1900 years ago, "Him that cometh to me I will in no wise cast out" (John 6:37), and men today are still finding His promise true and powerful.

The gospel does seem contrary to natural human reasoning. The natural man tends to think either in terms of materialism (that is, that the present life is all there is and therefore no one is really “saved”), or universalism (that is, that all people will somehow eventually be saved), or moral relativism (that is, that those who are saved are saved by their good works, and those who are not saved are lost for lack of good works).

To people who reason as above, the gospel of Christ does seem unreasonable.

But the natural man receiveth not the things of the Spirit of God, for they are foolishness unto him" (1 Corinthians 2:14).

Nevertheless, the false gospels proposed by men are utterly inadequate.

 Materialism denies that God is a God of love and wisdom, and in effect says that nothing has real meaning or purpose.

Universalism ignores the holiness and justice of God, supposing that He will not punish sin and ultimately settle all accounts.

Moral relativism assumes there is no objective moral standard in the universe, against which all decisions and actions must be measured and thus that any divine decisions as to a person's destiny is merely capricious.

None of these human philosophies are really satisfying, either intellectually or spiritually. Therefore, none of them will offer a man a confident hope for eternity.

The gospel of Christ, on the other hand, when received by faith, does meet every need for human life.

For the preaching of the cross is to them that perish foolishness; but unto us which are saved it is the power of God (1 Corinthians 1:18).

Since it provides a full forgiveness of all sins, it delivers one from the sufferings of a guilt-burdened conscience, as well as fear of death and hell. We may now…

draw near with a true heart in full assurance of faith, having our hearts sprinkled from an evil conscience (Hebrews 10:22).

Since Christ has paid the full price of all our sins, He can : Deliver them who through fear of death were all their lifetime subject to bondage (Hebrews 2:15).

The gospel also provides the only conceivable means by which God's love and holiness can both be satisfied. His infinite holiness demands that all sin be punished, yet His perfect love desires that all men be saved. Since all men are sinners, no man can save himself. But…

He hath made Him to be sin for us, who knew no sin; that we might be made the righteousness of God in Him (2 Corinthians 5:21).

This infinitely gracious act of God is not forced upon man, of course, but it is offered as a free gift, to be received by faith with thanksgiving.


That He might be just, and the justifier of him which believeth in Jesus (Romans 3:26).

Man was, in fact, created for the very purpose of fellowship with God. He can never be truly happy or live a truly satisfying life, either now or in eternity, if he is separated from God's presence. He desperately needs to respond to God's love for him with genuine love in his own heart for God, and the gospel of Christ is the perfect answer. It perfectly reveals God's love to man and thus most powerfully draws out man's love to God.

In this was manifested the love of God toward us, because that God sent His only begotten Son into the world, that we might live through Him… We love Him, because He first loved us.

(1 John 4:9-19).

No, there is no modern substitute for the gospel. Men may talk about a “social gospel,” a “full gospel,” a “new gospel,” or some other gospel, but there is only one gospel, and that is the “everlasting gospel” (Revelation 14:6). No wonder Paul said :

But though we, or an angel from heaven, preach any other gospel unto you than that which we have preached unto you, let him be accursed (Galatians 1:9).

The gospel is still the good news, and there will never be another.

 

 

canlogo380.png

 

 

 



30/11/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 417 autres membres