La source divine / Si quelqu'un a soif

 artfichier_335490_2620294_201308254155143.jpg

 

 

Dans cette métaphore, qui fait référence à la vie intérieure d’un croyant, nous avons pleinement l’idée de secret. C’est une source fermée: il y avait des sources dans les pays d’Orient, sur lesquelles un édifice était construit, et ainsi nul ne pouvait y accéder sauf ceux qui connaissaient l’entrée secrète; il en est de même du coeur d’un croyant lorsqu’il est renouvelé par la grâce : il y a une vie mystérieuse en lui qu’aucune habileté humaine ne peut toucher. C’est un secret qu’aucun autre homme ne connaît; non, car cet homme en est le possesseur et il ne peut rien dire à son prochain. Le texte n’inclut pas seulement le secret, mais aussi la séparation. Ce n’est pas la source commune, à laquelle chaque passant peut boire, mais celle qui est gardée et préservée parmi toutes les autres; c’est une fontaine qui porte une marque particulière: le sceau royal, pour que chacun puisse savoir que ce n’est pas une fontaine commune, mais une fontaine qui a un propriétaire, et réservée à son usage exclusif. Il en est de même de la vie spirituelle.

 

Les élus de Dieu ont été mis à part dans le décret éternel; ils ont été séparés par Dieu le jour de la rédemption; et ils sont séparés par la possession d’une vie que d’autres n’ont pas; et il leur est impossible de se sentir à l’aise avec le monde, ou d’être satisfaits dans ses plaisirs. Il y a aussi l’idée de chose sacrée. La source fermée est conservée pour l’usage de quelque personne particulière, et tel est le coeur du chrétien.

 

Il est une source gardée pour Jésus. Chaque chrétien doit sentir qu’il a le sceau de Dieu sur lui et il doit être capable de dire avec Paul : Il n’est pas permis à un homme de me troubler, parce que je porte dans mon corps les marques du Seigneur Jésus. Une autre idée est ici développée: celle de sécurité.

 

Oh ! combien est sûre et en sécurité la vie intérieure du croyant ! Si tous les pouvoirs de la terre et de l’enfer pouvaient se combiner contre lui, ce principe immortel existerait encore, parce que celui qui l’a donné a mis sa vie en gage pour ce principe. Et qui sera contre vous, si Dieu est votre protecteur ?

 

 

 

artimage_335490_919220_20120526442371.gif

 

 

Si quelqu'un a soif

 

artimage_335490_3122306_201012261108708.gif

 

 

Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive. (Jean 7:37)

 

La patience avait accompli son oeuvre parfaite dans le Seigneur Jésus, et jusqu’au dernier jour de la fête il plaida avec les Juifs, de la même façon qu’en ce dernier jour de l’année il plaide avec nous, et attend pour nous dispenser sa grâce. Admirable en effet est la longanimité du Sauveur dans son comportement avec quelques-uns d’entre nous, année après année, en dépit de nos provocations, rébellions, et résistance à son Saint-Esprit. Merveille des merveilles que nous soyons encore dans le pays de la miséricorde! Une pitié qui s’exprimait elle-même le plus simplement, car Jésus a pleuré, ce qui n’implique pas seulement la force de sa voix, mais la tendresse de ses intonations. Il nous implore d’être réconciliés.

 

Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous; nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec Dieu. (2 Corinthiens 5:20)

 
Quels termes sérieux,et bouleversants nous lisons là! Comme doit être profond l’amour qui fait pleurer le Seigneur sur les pécheurs, le même que celui d’une mère qui berce ses enfants sur sa poitrine! Sûrement qu’à l’appel de telles larmes nos coeurs disposés répondront. L’approvisionnement est fait très abondamment; tout est pourvu pour que l’homme puisse répondre au besoin de satisfaire son âme assoiffée. A sa conscience l’expiation apporte la paix; à sa compréhension l’Evangile apporte l’instruction la plus riche; à son coeur la personne de Jésus est l’objet de la plus noble affection; à l’ensemble de l’homme la vérité telle qu’elle est en Jésus fournit la nourriture la plus pure. La soif est terrible, mais Jésus peut l’apaiser.

 
Même si l’âme était entièrement affamée, Jésus a pu la restaurer. La proclamation est faite le plus librement: chaque assoiffé est le bienvenu. Nulle autre distinction n’est faite exceptée celle de la soif. Que cela soit la soif de l’avarice, de l’ambition, du plaisir, de la connaissance, ou du repos, celui qui en souffre est convié. La soif peut être mauvaise en elle-même, et n’être pas le signe de la grâce, mais plutôt une marque d’aspiration désordonnée d’un péché satisfait par les courants les plus profonds de la luxure; mais il n’y a pas de bonté dans la créature qui apporte l’invitation, le Seigneur Jésus l’envoie librement, et sans considération de personnes. Le pécheur doit venir à Jésus, pas à des oeuvres, des ordonnances, ou des doctrines, mais à un Rédempteur personnel, qui a mis à nu nos péchés dans son propre corps sur le bois. Le Sauveur en sang, mourant, et ressuscité est le seul astre d’espoir pour un pécheur.

 
Oh! de grâce! venez maintenant et buvez, et que le soleil se lève sur le dernier jour de l’année! Nulle attente ou préparation n’est si fortement insinuée. Boire représente une réception pour laquelle aucune aptitude n’est exigée. Un idiot, un voleur, une prostituée peuvent boire; et ainsi la noirceur du caractère d’un personnage n’est pas un obstacle à l’invitation de croire en Jésus. Nous ne désirons pas de coupe d’or, pas de calice paré de bijoux, pour pouvoir transporter de l’eau à l’assoiffé; la bouche de la pauvreté est la bienvenue pour se pencher et boire d’un trait le flot ruisselant. Les lèvres boursouflées, lépreuses, immondes, peuvent toucher le fleuve de l’amour divin; elles ne peuvent pas le polluer, mais elles seront elles-mêmes purifiées. Jésus est la fontaine de l’espoir.

 

 

signature_1(4).gif

 

 



25/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 418 autres membres