Le départ à la maison

 

 

Jérusalem.jpg

 

 

C’est un événement doux et béni qui arrivera à tous les croyants, et que Dieu a programmé en son temps : le départ à la maison avec Jésus dans peu d’années pour les soldats du Seigneur, qui maintenant combattent le bon combat de la foi, qui en auront fini avec le conflit, et seront entrés dans la joie de leur Seigneur. Mais bien que Christ prie pour que son peuple puisse éventuellement être avec lui là où il est, il ne demande pas qu’ils soient enlevés tout de suite de ce monde pour être au ciel. Il veut qu’ils restent ici. Pourtant combien de fois le pèlerin lassé, fatigué fait monter la prière : Ô que j’aie les ailes de la colombe ! Car alors je m’envolerai vers le repos; mais Christ ne prie pas de cette manière, il nous laisse entre les mains de son Père, jusqu’à ce que, comme les épis de blé pleinement mûrs, nous soyons tous ramassés dans le grenier de notre Maître.

Jésus ne plaide pas pour notre enlèvement présent par la mort, car demeurer dans la chair est nécessaire pour les autres, si ce n’est pas profitable pour nous-mêmes. Il demande que nous soyons gardés du mal, mais jamais ne demande pour nous d’être admis dans l’héritage de la gloire tant que nous n’avons pas atteint l’âge. Les chrétiens, souvent, veulent mourir quand ils sont dans quelque malheur. Demandez-leur pourquoi, et ils vous diront : parce que nous voulons être avec le Seigneur. Nous craignons que ce ne soit pas tant parce qu’ils languissent pour être avec le Seigneur, mais que plutôt ils désirent être débarrassés de leurs malheurs; autrement ils éprouveraient le même sentiment, le même souhait de mourir tandis qu’ils ne sont pas dans la fournaise de l’épreuve. Ils veulent aller à la maison du ciel, pas tant pour être en compagnie du Sauveur, que pour être dans le repos.

Maintenant, il est tout à fait juste de désirer partir si nous le pouvons dans le même esprit que celui dans lequel était Paul, parce qu’être avec Christ est de loin le meilleur, mais le souhait d’échapper au malheur est un désir égoïste. Que vous ayez le souci et le souhait de glorifier Dieu par votre vie aussi longtemps qu’il le désirera, que ce soit au milieu du dur labeur, du conflit, de la souffrance, et que ce soit lui qui dise : c’est assez !

 

 

signature_1(4).gif

 

 

 

 

 

 

 

 



24/11/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 416 autres membres