Les enfants prodigues

 

lampadaire.png
Laissez toujours une lumière allumée

 

Ce que nous pouvons faire pour ramener nos enfants prodigues à la maison.

 

La vie nous tend parfois une embuscade. Il y a dix ans, on m'a invité à prendre la parole lors d'un événement local en Angleterre, qui s'intitulait Bringing Home the Prodigals (Comment ramener nos enfants prodigues à la maison). Je savais que ce serait un jour de prière mais, à part cela, je n'avais qu'une vague idée de ce qui m'attendait.

 

Des milliers de personnes sont venues, et chacune d'elles avait une personne prodigue à cœur, un enfant, un conjoint, un frère ou une sœur, un ami ou même un parent.

 

 

 

 

On avait érigé une croix immense au-devant de la salle. Après un temps d'adoration, on nous a tous invités à inscrire le nom d'un être cher sur une petite carte et à la déposer près de la croix. J'ai réussi à me faufiler jusqu'à l'avant afin de prier pour ceux qui s'étaient avancés et j'ai vu devant moi des centaines de cartes. Certaines étaient écrites clairement, d'autres étaient griffonnées, et d'autres encore avaient plusieurs noms inscrits. Il me semblait que la douleur du monde se trouvait au pied de cette croix. Mes yeux se remplissaient de larmes à mesure que je les lisais une après l'autre. Je me demandais quelle histoire se dissimulait entre les lignes :  Seigneur, ramène mon fils William à la maison  ou dans la note qui disait simplement :  Mon mari .

 

À cette époque, ma femme, Dianne, et moi avions le cœur lourd pour nos deux enfants. J'ai écrit les noms de Katie et de Lloyd sur des cartes, je les ai placées une à côté de l'autre au pied de la croix et j'ai commencé à pleurer. Je ne pouvais pas m'arrêter.

 

Quand je me suis finalement relevé pour m'adresser à l'assistance, j'étais un homme différent de celui qui était entré plus tôt. Le message que j'ai livré n'était pas celui que j'avais préparé sur une feuille pliée dans ma poche un message bien ordonné qui avait toutes les réponses, mais plutôt celui inspiré par mon propre brisement et un sentiment de dépendance absolue de Dieu.

 

Ce soir-là, mon cœur a été fait captif d'un message d'espoir, de réconciliation et de guérison, et c'est devenu ma passion. Depuis ce jour, nous avons présenté l'événement Bringing Home the Prodigals autour du monde. Au fil des ans, j'ai été témoin du chagrin de ceux qui aspirent à voir leurs êtres chers revenir à la maison et je ne me lasserai jamais de leur donner de l'espoir. Si c'est votre situation actuelle, je veux vous encourager à faire certaines choses importantes.

 

Abandonnez la fausse culpabilité

 

Les parents d'enfants prodigues ploient souvent sous un fardeau de culpabilité dévorante. J'ai reçu une lettre d'un tel parent :

 

Ayant été élevés dans une famille chrétienne, mon mari et moi avons essayé d'éduquer nos enfants de la même manière. Nous avons réussi avec deux d'entre eux, mais Peter semble s'être rebellé contre notre éducation. Un jour, il a eu des ennuis avec la police. Tellement honteux et préoccupés de ce que les gens dans l'Église diraient, nous avons décidé de déménager. En 1992, notre fils a quitté la maison, et nous ne l'avons plus jamais revu depuis ce jour. Je prie pour qu'il reprenne contact avec nous et, s'il le fait, nous ne lui demanderons pas où il est allé ni ce qu'il a fait ; nous l'accueillerons seulement les bras grands ouverts.

 

Quand nous entendons les gens dans l'Église se vanter constamment de ce que leurs enfants marchent avec le Seigneur, nous nous demandons où nous nous sommes trompés. Que nos enfants aient six ou soixante ans, nous nous sentons responsables d'eux, mais nous portons souvent une culpabilité inutile. Il est important de prendre conscience que nos enfants font leurs propres choix dans la vie. Adam et Ève avaient le seul Père parfait qui soit et ils ont commencé leur vie dans le seul environnement parfait qui existait, mais ils ont choisi un chemin que le Seigneur ne voulait pas qu'ils empruntent. Une grande partie de la Bible révèle l'affliction de Dieu à cause de ses enfants. Il leur dit : Pourquoi tournez-vous le dos à tout ce que je vous ai enseigné ? 

 

Aucun de nous ne peut rendre ses enfants "saints". Certains parents qui réussissent mieux que beaucoup d'autres ont quand même un enfant qui tourne le dos à tout ce qu'ils chérissent. Je n'insinue pas qu'aucun de nous soit un parent parfait, mais nous sommes tout de même appelés à vivre une vie juste et à donner l'exemple.

 

retour a la maison.png

 

Ce que Proverbes 22:6 dit est vrai :  Instruis l'enfant selon la voie qu'il doit suivre ; et quand il sera vieux, il ne s'en détournera pas.

 

Cependant, ce n'est pas une promesse, mais un principe. Si vous le suivez, vous donnerez à vos enfants un fondement formidable dans la vie, mais ils feront quand même leurs propres choix. Trop souvent, nous voulons que nos enfants réussissent parce que nous voulons être bien considérés. Un dirigeant d'Église m'a confié : Mon fils traverse présentement une période difficile et, au début, ma principale préoccupation était : Qu'est-ce que mon Église pensera ? Mais puisque je n'ai que l'énergie émotionnelle nécessaire pour m'occuper des questions importantes, j'ai décidé que je devais me libérer de ce pensent les autres. Ce qui compte le plus, c'est le bien-être de mon fils, et non ma réputation.

 

 

Gardez les portes de l'église ouvertes

 

Je désire passionnément voir les membres affligés d'une famille être délivrés de la fausse culpabilité, mais je veux aussi sensibiliser l'Église au rôle que nous avons joué dans la "création" d'enfants prodigues. Même s'ils prennent soin des pauvres, possèdent une merveilleuse nature miséricordieuse et aiment Dieu de tout cœur, beaucoup de jeunes sont étiquetés "enfants prodigues " en raison de la couleur ajoutée dans leurs cheveux, des cigarettes dans leur poche ou du genre de musique qu'ils écoutent. Nous sommes peut-être satisfaits par une conformité extérieure, mais Dieu ne l'est pas. Je me demande si le véritable problème auquel l'Église fait face concernant ses "enfants prodigues" est que la moitié d'entre eux assistent toujours aux assemblées sans réaliser à quel point ils se sont éloignés de la maison du Père. Nous découvrirons peut-être un jour que notre amertume, notre jugement des autres et nos critiques désobligeantes envers les dirigeants de l'Église devant nos enfants étaient ce que Dieu considérait réellement offensant.

 

Et si nous avons facilité le départ de nos "enfants prodigues" , nous avons aussi rendu leur retour difficile. J'ai déjà entendu un homme âgé dire : Si la maison du père est remplie de l'amour du Père, les enfants prodigues reviendront à la maison. Combien il avait raison ! Ils ont besoin d'honnêteté et d'acceptation au cours de leur voyage vers Dieu, et non d'exigences pour entretenir une certaine image. Ils ont besoin d'un foyer, et non d'un champ de bataille. L'image opposée est très belle : des enfants prodigues qui partent des quatre coins de la terre vers la maison du Père, où se trouvent la grâce, le pardon et l'amour véritable. Et quand nos enfants prodigues reviennent à la maison, nous devons prier pour qu'ils rencontrent le père dont il est question dans la parabole de Jésus avant qu'ils rencontrent le frère aîné  (Luc 15:11-31). Le retour d'un enfant prodigue n'est pas la fin d'un voyage, mais un début, et il faudra de la patience et de l'amour pour voir un récent aventurier progresser vers la guérison.

 

N'abandonnez pas

 

Ceux d'entre nous qui intercèdent pour un enfant prodigue ont le cœur brisé ; nous avons appris qu'aucune personne, qu'aucun livre, ni aucun événement ne vont à eux seuls exaucer nos prières. Nous devons dépendre entièrement de la grâce de Dieu et savoir qu'il faut tout lui abandonner. Puis, en venant devant le Seigneur avec un cœur humble, nous reconnaissons que nous n'avons aucune réponse, seulement nos souvenirs et un peu de foi.

 

croix.png

 

 

Mais comme je l'ai vu de première main, il n'y a pas de meilleur endroit pour présenter nos enfants prodigues qu'au pied de la croix, où Christ a donné sa vie pour nous. La croix est le plus grand des mystères : c'est un endroit de défaite apparente et pourtant de victoire définitive, un endroit de larmes qui, à la fin, arrosent les semences de joie débordante pour les amener à pleine maturité.

 

 

 

Nos prières ne seront peut-être pas exaucées comme nous le voulons, mais je sais que, lorsque nous croyons que Dieu est notre seul espoir, nous sommes en meilleure position pour le voir agir. J'ai entendu de nombreuses histoires d'enfants prodigues revenus à la maison.

 

Une mère m'a raconté 

 

Sans avertissement, Carla, notre fille unique, a quitté la maison le jour de ses 18 ans. Mon mari et moi étions anéantis. Nous l'avions élevée dans un foyer chrétien aimant. Pendant quatre années, nous n'avons pas entendu parler d'elle et nous ignorions si elle était vivante ou morte. Mais chaque soir, avant de me coucher, j'allumais la lumière extérieure. Je regardais sa lueur et, souvent, des larmes coulaient sur mon visage. Ma fille me manquait tellement. À chaque Noël, je mettais pour elle un petit arbre avec des lumières devant la maison.

 

Carla est finalement revenue à la maison et m'a raconté l'importance que cette lumière extérieure avait pour elle. À mon insu, tard le soir, elle était plusieurs fois passée devant la maison et parfois elle restait simplement assise dans sa voiture. Elle nous a dit : Chaque maison était sombre, sauf la vôtre. Vous laissiez toujours une lumière allumée. Et à Noël, je faisais la même chose : discrètement je restais assise dans la voiture et je regardais l'arbre de Noël que vous aviez installé dehors. Je savais que c'était pour moi. 

 

Ma fille est maintenant mariée et heureuse, et nous avons deux beaux petits-fils. Je sympathise avec tous ceux qui attendent le retour d'un enfant prodigue à la maison. Dites-leur de ne jamais perdre espoir.

 

Je crois que quelque chose de très passionnant est en train de se produire. Quand je vois le vent dans la cime des arbres, je me demande si Dieu, dans sa miséricorde, ramène le cœur de centaines de milliers à la maison. Vous avez peut-être beaucoup prié pour votre enfant prodigue qui semble plus loin que jamais, mais n'abandonnez pas. Continuez de prier.

 

 

Rob Parsons

9b4a9425.png

 

 

 

 

 

 



09/10/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 414 autres membres