Méfiez-vous de la scène / Beware of the stage

Paul.jpg

Dans notre culture de Nouvelle Star/Rock Star le but est souvent d’être et de rester au devant de la scène. En tant que chrétiens nous appartenons à un milieu où "le plus petit est le plus grand" ce qui est complètement l’opposé. Pourtant, les conducteurs de louange doivent régulièrement lutter avec le fait d’être sur scène devant une foule de gens.

 

Même l’organisation typique des temps de louanges (la scène, les microphones, les lumières, etc.) par exemple, oblige les leaders à se rapprocher dangereusement de ces caractéristiques de "rock star" tout en faisant en sorte que l’attention reste uniquement sur Dieu. Il y a beaucoup de choses qui peuvent nous aider à ne pas être affecté par notre culture de la performance. Comme toujours, nous trouvons de la sagesse constante dans les anciens textes des Écritures.

  

Il y a le modèle des sacrificateurs décrits dans 1 Chroniques comme "servant devant Dieu". Les Lévites ne conduisaient pas les gens dans la louange mais, au lieu de cela, ils étaient chargés de chanter des louanges à Dieu à la fois le jour et la nuit dans le temple. Ils chantaient au Dieu invisible, à une audience d’un seul. À quelle fréquence servons nous Dieu en privé ? Dans l’idéal, conduire la louange en public reflète ce que l’on fait en privé. Une habitude saine est de pratiquer la louange tout au long de la semaine en mettant à part du temps seul avec Dieu et en chantant des chants, des prières. Souvent je vais à mon église tout seul dans le sanctuaire ou avec quelques unes des membres principaux de mon équipe et nous lisons les Écritures à voix hautes, surtout les psaumes qui sont le vocabulaire de la louange, puis, nous commençons à jouer de la guitare ou du clavier de façon très simple pour créer une atmosphère de louange pendant que nous lisons et chantons les psaumes et des prières qui viennent du cœur. Cela peut sembler forcé au début voire mécanique peut-être mais, si vous continuez à vous montrer pour glorifier Dieu en privé, vous commencerez à mieux ressentir Sa présence et Son autorité à l’extérieur, dans votre service public.

 

L’autre aspect de notre ministère est pastoral. Les guitaristes et chanteurs se comptent à la pelle comme le dit l’expression mais, ceux qui vont donner de leur temps et de leur talent au service de Dieu et de ses personnes sont rares. Quand Jésus a demandé à Pierre : m’aimes-tu ? Pierre a répondu : Oui Seigneur. "Nourris mes brebis". Demandez à Dieu de vous donner son cœur pour la communauté que vous servez. Avant que vous ne laissiez votre équipe repartir après votre répétition, faites les venir au devant de la scène pour regarder les sièges vides. Demandez-leurs d’imaginer les gens qui viendront s’y asseoir cette semaine qui vient et encouragez votre groupe à prier pour les gens et les familles qui seront à ces places. C’est un très bon exercice pour vous aider, vous et votre équipe, à cultiver le cœur et l’amour de Dieu pour les gens que vous servez.

 

Je voudrais vous encourager à prendre appui sur un ton plus conversationnel dans votre façon de conduire la louange quand vous commencez votre culte. Les gens n’aiment pas se faire crier dessus, être manipulé ou être mis en avant artificiellement. Que vous conduisiez 50 personnes, 300 ou plus de 1000, ayez pour but d’être aussi authentique et sincère que vous pouvez. Pas besoin d’être exagérément enthousiaste. Les gens répondent mieux quand ils sentent que quelqu’un est juste lui-même. En fait, j’avais pour habitude de toujours prier quelque chose comme ça avant de m’avancer sur scène : Seigneur, au risque d’être ennuyant, s’il te plaît, donne moi le courage d’être ce que je suis en Toi. Rien de plus, rien de moins. On combat tous nos insécurités de différentes manières mais pratiquer notre service pour Dieu et prier pour les gens que nous servons nous permettra de prendre un grand recul quant à faire la distinction entre la performance et un ministère vrai.

 

Soyons déterminés à bien finir en aidant à faciliter une conversation de toute une vie et un sens de la communauté entre Dieu et les gens qu’Il nous a appelé à servir.

 


Message de Paul Baloche - Traduit par Camille Hartmann

 

Paul-blog-reflection-5-20102.jpg

 


Within our American Idol/Rock Star culture, often the goal is all about having–and keeping–the spotlight. As Christians, we belong to a least-is-the-greatest kingdom that pronounces the exact opposite, and yet worship leaders must regularly wrestle with the dynamics of being onstage in front of crowds.

 

Even the typical “worship service” setup (platform, microphones, spotlights, etc.), for example, forces its leaders to walk dangerously close to those “rock star” elements while making sure the attention stays solely on God. There are many things that we can do to help us from being infected by our performance culture and as always we find timeless wisdom in the ancient text of scripture.

 

There is a Priestly model described in 1 Chronicles as “ministry to the Lord”. The Levites didn’t “lead people” in worship but instead were charged with the task of ‘singing praise to God both day and night, in the temple. They sang to the Invisible God – an audience of One. How often do we minister to God in private? Ideally, worship leading is publicly modeling what we have been doing privately. A healthy habit is to “practice” worship throughout the week by creating some alone time with God and by singing songs and prayers to Him. Often I will go into my church sanctuary by myself or with a few core members of my team and we’ll read scripture out loud, especially psalms, which is the vocabulary of worship. We’ll begin to play guitar or keyboard very simply to create a worshipful atmosphere while speaking and singing out psalms and heart-felt prayers. It may feel slightly forced at first, perhaps mechanical, but if you persist in “showing up” to bless the Lord in private, you will begin to sense more of His presence and authority in your outward, public ministry.

 

The other aspect of our ministry is Pastoral. Guitar players and singers are “a dime a dozen’ as the saying goes. But those who will give their time and talents in service to God and His people are rare. Jesus asked Peter, “do you love me?” Peter replied, “Yes Lord”. “feed my sheep.” Ask The Lord to give you HIS heart for the community that you serve. Before you dismiss your team from rehearsal, have them come to the front of the stage and look over the empty seats. Ask them to imagine the people who will be sitting there this coming week and encourage your team to pray for the individuals and families who will be showing up in those seats. This is a powerful exercise to help you and your team cultivate God’s heart and love for the people you serve.

 

I would encourage you to lean toward more of a conversational tone in your leading style as you begin your service. People don’t like being yelled at, manipulated, or artificially hyped up. Whether you lead fifty people, three hundred, or more than a thousand, aim for being as authentic and sincere as you can. We don’t have to be overly sanguine. People respond best when they sense someone being themselves. In fact I used to always pray something like this under my breathe before I walked on the platform. “Lord, at the risk of being boring, please give me the courage to be ‘who I am in You’– nothing more, nothing less.” We all battle our insecurities in different ways but practicing our ministry to The Lord and praying for the people we serve will take us a long way in distinguishing between performance and effective ministry.

 

Let’s determine to finish well by helping facilitate a lifelong conversation and sense of community between God and the people He has called us to serve.

 

 

ab552dd6.gif



09/07/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 408 autres membres