Au jardin de la vie

 


desert- eden.jpg


Au plus profond de notre âme,
Existe la plus rare des fleurs du bonheur.  

Ses pétales ont les reflets de l’aube délicate
Pâle et naissante, encore saupoudrée des étoiles de la nuit.
Du crépuscule rougeoyant, flamboyant de maturité,
Brillant de mille éclats sur la mer immense et apaisée.  

Son parfum a la douceur de la peau des enfants,
Les saveurs suaves de leurs inflexions si chères.  

Une fois la fleur ouverte, épanouie,
Au cœur des ces pétales, émerge le centre d’une sérénité sans fin
Au delà des sens, au delà du temps.  

Refuge ancestral, nectar de la vie, prodiguant une joie libératrice,
Que rien alors ne peut plus altérer ici bas.  

Si près de nous et si loin, si bien cachée dans la lumière, sous nos yeux.  

Garder la certitude que si l’orage gronde, le Soleil brille toujours au dessus, plus haut.

 

5_BARRE-146-.gif

 

 

 

Les milliers de magnifiques fleurs de la terre ont été crée par DIEU, parce qu'Il aime la beauté et Il veut que nous nous en réjouissions aussi.

 


Un botaniste amateur consacrait sa fortune et ses talents à la culture des orchidées. Ses serres étaient pleines de plantes étranges et précieuses, provenant des pays les plus éloignés et sur lesquelles il veillait avec un soin jaloux.

Il voulait mieux encore : créer une fleur nouvelle, magnifique, étonnante de forme et de couleur. Mais, ni ses efforts persévérants ni sa science n’avaient abouti.


Lorsque vos plans sont brisés, vos efforts anéantis, votre santé compromise, priez...

Un soir, où il devait s’absenter, il appela le gardien de ses trésors pour lui recommander d’user d’une vigilance particulière et d’avoir soin de fermer portes et fenêtres, car un orage menaçait dans le lointain. Le gardien promit et le maître s’en alla, confiant. Or, le gardien fut infidèle à sa parole. L’orage survint, le vent souffla en tempête, s’engouffra dans les serres aux fenêtres mal closes, en arracha les vitres par où pénétrèrent des trombes d’eau et d’énormes grêlons.

Le désastre fut affreux. Dans les serres brisées, inondées, les orchidées gisaient, lamentables, mélangées à des débris de verre.

À son retour, le maître furieux, désespéré de ce malheur, se montra inconsolable.

Cependant, après quelque temps, il finit par rassembler tant bien que mal les restes mutilés de ses collections et tenta de reconstituer ses serres.

Une année, deux années s’écoulèrent. Quelques orchidées se mirent à fleurir, péniblement, pauvrement. Où était leur gloire d’autrefois ?

Mais, ô surprise ! Un jour, on vit poindre le bouton d’une fleur inconnue qui, bientôt, s’ouvrit toute grande, merveilleuse, inédite. C’était la fleur tant cherchée, tant rêvée : sa création était due à l’orage dévastateur.


Cette découverte consola le botaniste de son long chagrin et, pour rappeler l’origine de la fleur rare, il l’appela : l’orchidée-ouragan.

Émergeant de ses misères, un poète donnait ce sage conseil : Dépouille devant tous l’orgueil qui te dévore, cœur gonflé d’amertume et qui t’es cru fermé, aime et tu renaîtras, fais-toi fleur pour éclore.

Une action pour aujourd’hui...

Lorsque vos plans sont brisés, vos efforts anéantis, votre santé compromise, priez pour vous rappeler que ces heures de détresse et d’obscurité peuvent faire éclore "la fleur rare", le bonheur vainement cherché et que vous n’espériez plus, la joie d’essence supérieure qui absorbe peines et amertumes.



Jean-Louis Gaillard

 

5_BARRE-146-.gif

 

 

 

 

 

 

 



24/11/2017
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 434 autres membres