La voix du Seigneur / Dieu donne avec abondance

 

La voix du Seigneur Dieu marchant dans le jardin dans la fraîcheur de la journée. (Genèse 3:8)

 

Mon âme, maintenant que la fraîcheur du jour est venue, retire-toi un instant et écoute la voix de ton Dieu. Il est toujours prêt à te parler quand tu es prêt à l’écouter. S’il y a quelque lenteur à établir le contact, cela ne vient pas de lui, mais c’est entièrement de ta faute, car il se tient à la porte et frappe, et si son peuple veut lui ouvrir, il se réjouit d’entrer.

 

Mais dans quel état est mon coeur, qui est le jardin de mon Seigneur ? Puis-je m’aventurer à espérer qu’il est bien arrangé et arrosé, portant du fruit digne de Lui ? Si c’est non, il aura beaucoup à réprouver. Je le prie quand même d’entrer en moi car rien ne peut avec autant de sûreté mettre mon coeur dans une bonne disposition, rien autant que la présence du soleil de justice, qui apporte la guérison sous ses ailes. Viens cependant Oh Seigneur mon Dieu, mon âme t’invite sérieusement, et s’attend à Toi ardemment.

 

Viens à moi Ô Jésus, mon bien-aimé, et plante de fraîches fleurs dans mon jardin, telles que je vois fleurir, dans la perfection de ton caractère incomparable! Viens Ô mon Père, Toi le laboureur qui travaille en moi avec tendresse et prudence ! Viens Ô Saint Esprit, et humecte ma nature entière comme l’herbe l’est avec la rosée de la nuit.


Parle Seigneur, ton serviteur écoute! Ô puisse-t-il marcher avec moi ! Je suis prêt à lui donner totalement mon coeur et mon esprit pour réduire toute autre pensée au silence. Je demande seulement ce qu’il lui plaît de me donner. Je suis certain qu’il condescendra à avoir la communion avec moi, car il m’a donné son Saint Esprit pour demeurer avec moi pour toujours. Douce est la fraîcheur crépusculaire, quand chaque étoile semble être comme l’oeil du ciel, et le vent frais comme le souffle de l’Amour Céleste. Mon père, mon frère aîné, mon doux consolateur, parle maintenant dans ta bonté, car tu as ouvert mon oreille et je ne te suis pas rebelle.

 

 

 

 

Dieu donne avec abondance

 

artimage_335490_3029236_201011071122147.jpg

 

Recommande aux riches du présent siècle de ne pas être orgueilleux,

et de ne pas mettre leur espérance dans des richesses incertaines,

mais de la mettre en Dieu, qui  nous donne avec abondance toutes choses,

pour que nous en jouissions...(1 Timothée 6:17) 

 

Notre Seigneur Jésus nous donne toujours, et ne retient point sa main un seul instant. Aussi longtemps qu'il y a un vase de grâce qui n'est pas encore plein jusqu'au ras-bord, l'huile ne s'arrêtera pas. Il est un soleil qui brille toujours; il est la manne qui descend toujours aux abords du camp. Il est le rocher dans le désert, faisant toujours jaillir les fleuves de la vie de son côté frappé; la pluie de sa grâce tombe toujours; la rivière de sa bonté coule toujours, et la source de son amour est constamment débordante. Comme le roi ne peut jamais mourir, ainsi sa grâce ne peut jamais faire défaut. Quotidiennement nous cueillons son fruit, et quotidiennement ses branches se penchent jusqu'à nos mains avec une fraîche réserve de grâce. Il y a sept jours de fête dans ses semaines, et aussi nombreux sont les jours, aussi nombreux aussi sont les banquets dans ses années. 

 

Qui est jamais retourné de sa porte insatisfait, ou de son sein sans être imprégné du parfum du Paradis ? Ses grâces sont nouvelles chaque matin et se renouvellent chaque soir. Qui peut compter le nombre de ses bienfaits, ou raconter la liste de ses bontés ? Chaque grain de sable qui tombe du sablier n'est que la lente suite d'une myriade de grâces. Les ailes de nos heures sont couvertes de l'argent de bienveillance, et avec le jaune d'or de son affection. Le fleuve du temps transporte depuis les montagnes de l'éternité les grains de sable de sa faveur. Les étoiles innombrables ne sont que les porte-étendards d'une plus innombrable armée de bénédictions. Qui peut compter la poussière de bienfaits qu'il accorde en Jacob, ou raconter le nombre du quart de ses grâces envers Israël ? Comment mon âme pourra-t-elle exalter celui qui quotidiennement nous comble de ses bienfaits, et qui nous couronne de bonté ?

 

Ô que ma louange puisse être aussi incessante que sa bonté !

 

signature_1(4).gif

 

 



06/12/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 434 autres membres