Rendre grâce à Dieu / Dieu connait tout ce qui est caché

 

4865838510_488ceee207_b.jpg

 

Les hommes en général aiment se lamenter ou se plaindre pour ce qu'ils n'ont pas encore obtenu, pour ce qu'ils ont du mal à supporter ou encore pour ce qu'ils ont longtemps attendu de la part de Dieu. Peu sont ceux là qui prennent le temps de rendre grâce à Dieu pour ce qu'ils ont déjà obtenu, pour les situations que Dieu leur a permis de surmonter et aussi pour ce que Dieu leur a déjà accordé.

 

Notre Dieu fait tellement de choses bonnes pour l'homme, mais l'homme n'en tient pas vraiment compte, car sa nature ingrate le pousse à toujours avoir des raisons de se plaindre. L'homme est insatisfait, il est envieux et manifeste peu de reconnaissance envers Dieu malgré tout ce qu'Il fait pour lui. On a même l'impression que plus l'homme obtient quelque chose et plus il désire d'autres choses, ce qui pousse certains à envier, à désirer avoir ce qu'a autrui, à convoiter une autre situation favorable.

 

Je chanterai toujours les bontés de l`Éternel; Ma bouche fera connaître à jamais ta fidélité. (Psaumes 89:2)

 

Apprenons à rendre grâce à Dieu tous les jours et pour toute situation. Jamais, ne nous plaignons de LUI ni de notre état, rendons LUI grâce en tout temps et bénissons-Le pour notre vie. Dieu fait tellement de choses pour nous et sa bonté pour nous est permanente, même si nous pensons des fois qu'IL est bon pour les autres et pas pour nous. Nous devons comprendre que notre Dieu nous donne toujours ce qu'il y a de bon, ce qu'il nous faut.

 

Arrêtons de venir dans sa présence que pour nous plaindre tout le temps, ou pour Lui demander une vie meilleure. Si nous ne nous portons pas bien, rendons Lui quand-même grâce pour notre état ; comprenons que tout ce qu'IL permet dans nos vies est bon.

 

Sachons nous contenter de la grâce de Dieu, car elle suffit à ceux qui connaissent leur Père. Tout ce que ce monde a à nous offrir n'est que vanité des vanités, tout ce que nous espérons obtenir n'est pas forcément ce qu'il nous faut.

 

Nos prières de tous les jours doivent être en majorité orientées à rendre grâce à Dieu, IL fait tellement de choses pour nous.

 

Les bontés de l'Eternel ne sont pas épuisées, Ses compassions ne sont pas à leur terme; Elles se renouvellent chaque matin. Oh! que ta fidélité est grande! (Lamentations 3:22)

 

Mon ami(e), arrête de te plaindre et te lamenter, commence par rendre grâce à Dieu pour tout ce qui t'arrive de bien ou de mal. Fais-le tous les jours avec un cœur reconnaissant.

 


Merci Seigneur, pour ta grâce !


Donald Soro

 

artimage_335490_919220_20120526442371.gif

 

 

Dieu connait tout ce qui est caché

 

psaume 111-10.jpg



Le Dieu de la Bible n’est-Il pas l’Eternel, le Tout Puissant, aux yeux duquel rien ne peut rester caché. Ce fut au travers d’une dure et humiliante leçon que Demos Shakarian dut l’apprendre, mais il comprit pour toujours ce que signifie craindre l’Éternel.

Nous voici en 1891, à Kara Kala, un petit village de l’Arménie bâti dans le roc, au pied du Mont Ararat où, d’après la Bible, l’arche de Noé s’était posée. Chaque dimanche, Demos Shakarian se rendait dans une maison voisine avec sa femme et ses cinq filles, pour participer au culte. C’étaient des Russes qui avaient apporté le message du « plein Evangile » et qui venaient de temps à autre pour enseigner la Parole de Dieu aux villageois; ils arrivaient nombreux, en une grande file de chariots couverts. Et ils étaient chargés de trésors pour les arméniens : les dons spirituels qu’ils voulaient partager avec eux, car ils croyaient que le seigneur ne change pas et qu’Il peut faire aujourd’hui les mêmes grandes choses que par le passé…

Le message de l’Evangile bouleversait le village, la joie et la foi remplissaient les coeurs. Mais Demos avait du mal à croire, bien que l’enseignement des Russes était conforme aux écrits bibliques.

Ne pourrait-on pas demander à Dieu un miracle ? lui dit un jour sa femme.
Tu veux dire, peut-être, que nous ayons un fils. (Ne pas avoir de fils était alors vécu comme une humiliation)

Le 25 mai 1891 exactement, la maman Shakarian cousait dans un coin de la grande et unique pièce de la ferme, entourée de quelques femmes du village. Soudain, son beau-frère qui était assis en train de lire sa Bible se leva, se dirigea vers elle et lui dit : Goolisar, le Seigneur vient de me donner un message pour toi ! Dans un an, jour pour jour, tu auras un fils !

Quand elle annonça la merveilleuse nouvelle à son mari qui revenait des champs, celui-ci ne répondit rien. Il sourit et haussa les épaules. Comme il désirait se réjouir de cette prophétie, mais il restait sceptique. Cependant il fit une marque sur le calendrier. Tout le village avait été mis au courant.

Un an plus tard, le 25 mai 1892, Goolisar donna naissance à un fils. Pour la première fois, la famille fut confrontée à la puissance de Dieu ! On donna à l’enfant le nom d’Isaac, le fils de la promesse. Demos pensait encore qu’il y avait peut-être là un hasard étonnant. Lui, un homme à la tête aussi solide, il n’arrivait pas à croire qu’il avait vécu une prophétie comme celles de la Bible. Mais ses doutes allaient bientôt disparaître pour toujours…

Au cours de l’année 1900, une bonne nouvelle réjouit tout le village : une centaine de chrétiens russes étaient en route à travers les montagnes vers Kara Kala. Comme à l’accoutumée, on se mit à préparer un banquet pour accueillir les visiteurs. Demos ne partageait pas toute leur foi mais il considérait leurs visites comme des temps mis à part pour Dieu, et il offrait le grand terrain plat devant sa maison pour le repas de bienvenue. Il se rendit dans les pâturages pour choisir un jeune boeuf, le plus charnu et le meilleur à ses yeux. Mais voilà que celui de son choix avait un défaut : il était borgne ! Demos connaissait la Bible et savait ce que l’Eternel désirait en offrande :  Vous n’offrirez aucun animal qui ait un défaut, car il ne serait pas agréé. (Livre du Lévitique 22:20)

Que faire ? C’était la seule bête du troupeau qui puisse nourrir une centaine d’invités. Il regarda autour de lui. Personne. Pourquoi ne pas abattre l’animal, le plus beau de tous, et dissimuler quelque part la tête défectueuse ? C’est ce qu’il décida. Il prépara lui-même le boeuf, mit la tête dans un sac et alla la cacher au fond de l’étable sous un tas de blé.

Il finissait à peine qu’on entendit le roulement des chariots entrant dans le village. Demos et son fils Isaac coururent à leur rencontre. Quel joyeux spectacle que cette arrivée ! Les préparatifs allaient bon train, et bientôt le boeuf fut mis à la broche sur une montagne de braises. Le soir venu, tous se réunirent, heureux et affamés, autour des lourdes planches qui servaient de tables.

Avant de prendre le repas, vint le moment de bénir la nourriture. Mais soudain, le pasteur russe leva la main, comme pour indiquer que quelque chose n’allait pas. Il posa un regard pénétrant sur Demos, qui se mit à trembler, puis il s’éloigna sans dire un mot. Comment savait-il ? Les Russes étaient encore loin au moment où il avait caché la tête du boeuf.

Le patriarche revint et posa le sac devant Demos. Il le renversa et le fit tomber par terre, et la tête à l’oeil borgne apparut à tous les regards.

N’as-tu rien à confesser, frère Demos ? demanda le pasteur russe.
Si… dit Demos tout tremblant, mais comment as-tu su ?
Dieu me l’a dit répondit simplement le vieil homme. Tu ne crois pas encore que Dieu parle et agit comme autrefois. L’Esprit Saint m’a donné cette parole de connaissance afin que tu croies, toi et ta famille. Tu as résisté à la puissance de Dieu, mais l’heure est venue où tu vas cesser de résister.

Demos confessa devant tous la tromperie qu’il avait arrangée. Les larmes coulaient sur son visage et dans sa barbe rude, tandis qu’il leur demandait pardon. Ce fut le départ d’une grande transformation dans la vie de toute la famille Shakarian, puis d’un service béni dans l’oeuvre du Seigneur. Il fallait que Demos croie à la Parole de Dieu, car plus tard, une prophétie extraordinaire allait être donnée aux chrétiens arméniens, pour qu’ils fuient, vers un pays au-delà des mers, s’ils voulaient sauver leur vie et celle de leurs familles. Quelques années plus tard en effet, en 1914, l’Arménie fut envahie par les Turcs et connut un temps d’horreur indescriptible. Ceux qui avaient refusé de croire furent massacrés sans pitié.

Demos et sa famille vivaient alors à l’abri, en Amérique. Demos, le petit fils du même nom, est le fondateur de La Communauté Internationale des Hommes d’Affaires du Plein Evangile, qui s’est aujourd’hui étendue dans le monde entier.



Source :  Nouvelles du Ciel

 

artimage_335490_919220_20120526442371.gif

 

 

 

 

 



01/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 408 autres membres